•  
  •  

Le délirant voyage de Patrick Adler – La Provence

Patrick Adler en ZézetteEn 1492, Christophe Colomb découvrait l’Amérique en croyant se rendre aux Indes. Cinq cents ans plus tard, et de son aveu même, Patrick Adler débarquait en Laponie après avoir souhaité atterir au Japon. Un périple qui va le conduire dans les couloirs de l’ANPE du spectacle dans les pays du Grand Nord. Car c’est ici, entre igloos et maisons épaisses de l’Islande et du Canada, que Patrick Adler et ses amis les stars nous convient à un spectacle drôle, inventif, basé sur les imitations. Ouvrant de belle manière le Festival du rire du théâtre à la Fontaine d’Argent, l’humoriste a imité en une heure plus de cinquante voix.

De Brigitte Bardot à l’abbé Pierre

Brigitte Bardot voulant arrêter « l’homophoquie », soutenue en quelque sorte par Orlando délirant sur la banquise, voilà qui décape. Racontant une histoire, jouant avec son public, Patrick Adler dégomme une à une les vedettes françaises et québécoises de la chanson avec une mention spéciale à ses imitations de Brigitte Fontaine, Barbara ou encore Véronique Sanson.

Corrosif mais jamais méchant, son one-man-show lui permet de régler quelques comptes avec la nouvelle chanson française qui ne chante pas mais qui susurre. Avec pour cible Vincent Delerm, Carla Bruni ou encore Raphaël parti comme lui « sur la route » et Nicolas Sirkis, le soliste du groupe Indochine, très accro ici à la poudre blanche qui n’est pas, on s’en doute, issue de la banquise.

Ce n’est plus, froid oblige, la Star Ac mais la Star Ice du Pôle Nord. Patrick Adler, qui arrive à changer de voix comme un esquimau de chien de traîneau, privilégie le texte et ses imitations ne durent pas aussi longtemps qu’une nuit polaire. Son show étoilé, véritable hymne à la Grande Ourse, est rapide, enlevé et même avec l’abbé Pierre s’entretenant avec Valérie Lemercier il parvient à nous faire hurler de rire. Bien entendu, Maria Pacôme, sa chouchoute, était du voyage qui nous a ramenés dans un Paris lui aussi étoilé et pas mal déjanté. Du rire plein pot.

Un article de Jean-Rémy Barland pour La Provence du Mercredi 7 Juin 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*