•  
  •  

Qui l’eût grue ? – TAK.fr – 20 Février 2013

Article posté le 20 Février 2013 sur le site TAK.frQui l’eût grue ?

Qui l’eût grue ?

Sachant que près d’un tiers des grues se trouve à Dubaï, ville de l’absolue démesure où l’on trouve pêle-mêle : une station de ski confinée dans un centre commercial, des supermarchés de marques de luxe et… de pauvres Indiens et autres misérables Pakistanais travaillant sous 40° et habitant dans des baraquements, loin des regards de la gentry de Dubaï, le petit Etat est en état d’alerte depuis qu’un certain papa français, non sujet au vertige, a décidé de prendre de la hauteur dans cette Babel moderne pour faire « bouger les lignes » du droit, celui des pères…

Une opération inattendue et réussie

Cette opération, aussi inattendue que réussie, s’invite, après le mariage pour tous, à la table des négociations pour la garde pour tous. Au nom de la sacro-sainte parité, le papa 2013 entend bien, après le divorce, obtenir le droit de visite, la garde alternée que lui refuse parfois la maman 2013, au nom d’un présupposé archaïque qui sous-entendrait que « la chair de sa chair » – l’enfant – n’a pas forcément besoin de géniteur, d’autant que ce dernier le rend toujours en retard le dimanche soir – ce qui amène, pêle-mêle, devoirs bâclés, troubles du sommeil et questions existentielles du genre : « Est-ce que papa m’amènera avec lui dans la grue si maman ne fait pas ce qu’il faut ? » et son corollaire « Y a-t-il un pilote dans la grue ?

D’ailleurs, la PMA, qui va, elle aussi, s’inviter dans le grand débat sociétal du quinquennat Hollande – qui n’avait vraiment pas besoin de cela dans l’état actuel des choses – devrait, dit-on, résoudre tous ces problèmes. Exit les pères ! Vive les femmes, vive les mères, vive les Femen mais, un peu plus habillées, s’il vous plaît, ça fait désordre devant la cathédrale, surtout quand elles sont au même nombre que l’archevêque, c’est-à-dire XXIII.

En grue, le débat est de haute volée

Le cas de Serge Charnay, papa du petit Benoît et premier « grutier amateur » n’est plus isolé. D’autres papas ont investi d’autres grues, à Strasbourg, à la Rochelle, dont on redoute, des siècles après Richelieu, un second siège – c’est dire si on craint les « protestants » ! Le BTP est en alerte maximum. Non que les papas revendicatifs soient particulièrement qualifiés pour manipuler ces engins et, à l’instar des forains, jouer de la mécanique sophistiquée de ces pieuvres géantes pour amuser la galerie à coups de lumières, klaxons, déplacements latéraux et circulaires mais la grue est devenue, depuis quelques jours, le principal objet de convoitise.

Eh oui, le papa privé de ses droits en 2013 peut se muer en papa mobile ! Et quand on sait que pour un père privé de ses droits, c’est une grue « empruntée » et deux ministres réquisitionnés, il y a de quoi flipper. Ayrault, ex-maire de Nantes, qui s’y connait en grues pour les avoir fait en d’autres temps « customiser », l’une en jaune, l’autre en gris, ne peut se laisser voler ces jouets d’une grande valeur, troisième fierté de la ville après le Petit Lu et les prisons. Ainsi les Superwomen Taubira et Bertinotti doivent-elles tout mettre tout en œuvre pour faire redescendre la pression. A la Ministre de la Famille d’entendre la requête et ne pas en remettre une couche avec sa PMA qui, pour l’heure, est loin d’être « zéro blabla, zéro tracas ». Les papas d’aujourd’hui – on dit qu’ils sont 1.300.000 à être privés de leur enfant – attendent beaucoup de la réunion de crise à SOS Papas. Une réunion au sommet… puisqu’il s’agit de grues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*